Khusugtun

Musiques traditionnelles

Les chants diphoniques des steppes de Mongolie

Dim. 10 Avril 2022
Fort Barraux
Pas de réservation. Vente sur place le jour de l'événement
Tarif au choix (6€/12€/20€/30€)
Dans le cadre du Brunch musical #4 Fort Barraux
12h30 et 15h30 - Grande Scène
Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun Bandeau Khusugtun

Si Khusugtun était une image, ce serait des pétroglyphes… Si c’était un élément naturel, ce serait une rivière. Si c’était un personnage, ce serait Jangar, le héros de l’épopée éponyme.

En mongol « khusug » désigne un chariot sur lequel on posait autrefois les yourtes pour nomadiser. Khusugtun signifierait « le peuple des chariots ». Intimement lié à leur culture nomade, ce terme est synonyme de « nomades » pour ces musiciens qui tournent à l’international depuis dix ans. Ce nom a été choisi par rapport à leur envie de nomadiser avec leur musique, à l’image de leurs ancêtres qui parcouraient le monde. Le groupe, officiellement créé en mars 2009, n’avait jusqu’ici qu’un seul album autoproduit à son actif : Khusugtun. Ethnic-Ballad Group (Oulan-Bator, 2009).

La particularité de Khusugtun réside dans l’usage de la polyphonie vocale réalisée à partir du khöömii et divers chants de gorge, ainsi qu’un répertoire presque entièrement dédié au chant diphonique mongol (khöömii). Spécifiques à chacun, les timbres diphoniques se complètent à merveille : Chulunbaatar est dans le registre le plus aigu (isgeree khöömii – khöömii sifflé), Ariunbold, Adiyadorj et Ulambayar sont dans les médiums, Batzorig dans le plus grave (kharkhiraa – khöömii profond). Amarbayasgalan n’est pas diphoneuse, mais sa douce voix féminine apporte une légèreté au spectre rempli des cinq autres, créant le nécessaire équilibre.

Le khöömii est produit par une personne réalisant à elle seule plusieurs sons simultanément avec sa voix dont un bourdon vocal, une mélodie d’harmoniques et de nombreuses résonnances. Selon le choix de la hauteur du bourdon, la technique de modulation du son et la pression exercée sur les muscles de la gorge, les techniques diphoniques peuvent varier d’un individu à l’autre. Si les textes chantés sont parfois en  
voix claire, ils tournent souvent en voix de gorge pressée (shakhmal khooloi ou shakhaa) ou avec la technique de base profonde du kharkhiraa.

Le groupe s’accompagne des vièles cheval (morin khuur), de leur version contrebasse (ikh khuur), du luth tovshuur, luth dombra, guitare, violoncelle, et cithare yatga. On trouve aussi des instruments à jeu diphonique, telles les guimbardes en métal (tömör khuur) et en bambou (khulsan khuur) ainsi que l’arc musical (numan khuur). Cet instrument était tombé dans l’oubli et Khusugtun le remet ici au goût du jour. Khusugtun a fait le choix du djembé pour la percussion – instrument emblématique de la World Music – pour créer des morceaux qui attirent les jeunes, afin que cette génération s’intéresse à la musique traditionnelle.

Leur répertoire se compose de formes traditionnelles, comme les chants de louanges (magtaal), les chants courts (bogino duu), ou des compositions inspirées de la tradition, et des pièces instrumentales solistes (tatlaga) pour accompagner la danse bii biyelgee.

Après leur association en 2009, de nombreux groupes sont apparus dans toute la Mongolie et jusqu’en Mongolie-Intérieure en Chine, jouant des musiques traditionnelles arrangées presque à l’identique. Après avoir été révélé par le Festival International de Khöömii d’Oulan-Bator en 2009, BBC Proms en 2011, Rainforest Music Festival en 2012, et classé 2 e au Asia’s Got Talent en 2015, Khusugtun a désormais une renommée
internationale. Il est devenu aussi l'une des influences du groupe-phénomène The Hu.

Dès ses débuts le groupe caractérisait son style par des airs mélodieux destinés à purifier les gens du stress ambiant du XXIe siècle. Ce qui leur importe est qu’on les écoute en imaginant le paysage, la beauté de la nature, pour se libérer des soucis quotidiens. Grâce à un niveau d’interprétation hors pair, leur puissante musique remplie de grands espaces nous fait du bien.

Ariunbold Dashdorj Chant, khöömii, grande vièle cheval ikh khuur, guitare 
Batzorig Vaanchig  Chant, khöömii, vièle cheval morin khuur
Amarbayasgalan Chovjoo Chœur, cithare yatga
Chuluunbaatar Oyungerel Chant, khöömii, vièle cheval morin khuur
Ulambayar Khurelbaatar Chant / khöömii / luth dombra 
Adiyadorj Gombosuren Chant,  khöömii, flûte et percussions

 

Accueil CIMN - Détours de Babel, avec le soutien de la Communauté de Communes du Grésivaudan, de la ville de Barraux. Production Routes Nomades